Prudence Nazeyrollas  PsyNancy
Psychopraticienne - Coach
25 rue Gustave Simon - 54000 Nancy
Tel: 06 26 08 39 49 - Prudence@PsyNancy.com

Comment pardonner et pourquoi? [Podcast Radio France Bleu]

30 Aout 2019
Comment pardonner et pourquoi?  [Podcast Radio France Bleu]
Retrouvez le podcast de l’émission Comment pardonner et pourquoi?  enregistrée sur France Bleu Sud Lorraine avec Nathalie Million. 
 

C’est quoi le pardon ?

Avant toute chose, il est important de rappeler que le pardon n'est pas une obligation. C'est aussi important de rappeler que c'est un mécanisme qui ne se force pas, dont le résultat ne se décrète pas et auquel on ne peut pas pousser quelqu'un de force. C’est quelque chose qui ne s’exige pas.

Le pardon peut recouvrir plusieurs réalités, avoir des sens différents, pour certain·es ça va être de pardonner vraiment à la personne qui nous a blessé·e, pour d'autres cela voudra dire se libérer des émotions qui leur pèsent.

Pour celleux qui souhaitent pardonner l’autre, iels peuvent essayer de le·a comprendre, pas pour l’excuser, mais pour voir ses faiblesses et « Ne pas limiter un homme à ses actes, aussi monstrueux soient-ils » comme disait Paul Ricoeur. Se rappeler que errare humanum est, l’erreur est humaine, et que la personne qui les a blessé·es est aussi un être humain imparfait.

Le pardon n’est pas l’excuse. Comme l’explication n’est pas la justification. Pardonner ce n’est pas non plus oublier. On confond souvent le pardon avec beaucoup d’autres choses.

Ici, je vous parle plutôt d’un pardon, non pas orienté vers l’autre, mais comme un mécanisme en soi qui fait lâcher les émotions qui nous rongent, éviter l’auto-desctruction et permet de guérir, de changer de regard, de se libérer soi-même. Car le pardon peut être de se libérer de la colère pour ne plus s'empoisonner au quotidien avec la haine. Briser le cercle de la haine. Ne plus subir une double peine à la fois d’avoir été victime et ensuite de la rage, de la rancœur ou de la douleur qui peuvent rester.

 

Le temps

Ne pas se précipiter ou se dire que si on le décide, cela va forcément se faire tout seul, de manière évidente. Ça peut parfois arriver, mais parfois il faut aussi beaucoup de temps, de patience. Il ne faut pas essayer de pardonner trop vite, et il peut être nécessaire d’y revenir à plusieurs reprises. On s'imagine souvent qu'un pardon est définitif mais il arrive que ce ne soit pas le cas et qu'il faille recommencer comme on recommence tous les jours de se laver les dents pour une bonne hygiène bucco-dentaire. Il arrive aussi que parfois on n'y arrive pas, malgré toute la bonne volonté du monde et il n'est pas question de culpabiliser quelqu'un pour ça.
 

Comment ?

Tout d'abord, il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs et ne pas vouloir pardonner avant d'avoir accepté ses émotions. C'est vraiment important d'aller au bout de ses émotions, de tout débloquer, s'il y a de la colère, de la tristesse, de les exprimer, de reconnaître sa propre souffrance. Il existe de nombreux moyens d'exprimer ses émotions : on peut écrire, parler, dessiner, pleurer, danser... Il est essentiel de vivre ses émotions avant tout. Reconnaître qu’on a été blessé·e, et accueillir ses émotions.

Ensuite, prendre soin de soi, prendre le temps de se soigner, de guérir, d’aller mieux, d’avancer, etc.

À ce moment là, seulement, on pourra se poser la question de savoir si on souhaite pardonner, et si oui comment et ce que cela veut dire pour nous.

Prenez votre temps, à chaque étape, on ne peut pas précipiter les choses, il faut parfois du temps pour avancer.

Vous verrez sur Internet des structures : pardonner en 5, 7, 10, 12 étapes, mais au final chaque personne est unique et chaque personne aura son chemin particulier, sa méthode, sa vitesse, son nombre d’étape (ou pas) et ce cheminement se respecte, quel qu’il soit.


Si on voit le pardon comme quelque chose que l’on fait pour soi, pour sortir de la souffrance, on peut l’utiliser pour guérir, pour mettre de la distance avec le passé et se libérer. Si on reste sur un sens très orienté vers l’autre, alors qu’intérieurement on va bien, il est tout à fait facultatif. Que vous ayez pardonné ou non, l’important est que vous alliez le mieux possible.

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !