La fessée, les châtiments corporels, les VEO

Mis à jour : juil. 5

Ressources annexes:

Conférences sur les Violences Éducatives Ordinaires (téléchargeable en bas de la page)

Podcast France Bleu sur les Violences Éducatives Ordinaires

Article comment Éduquer sans violence


Protéger les enfants de la violence éducative ordinaire

La fessée et les châtiments corporels ne sont pas la solution pour l'éducation d'un enfant, je vais dans un premier temps reprendre les conséquences de ces gestes (pour les références des études vous pouvez consulter les sites mentionnés) et dans un deuxième temps proposer des pistes pour éduquer sans violence (dans les articles "Éduquer sans violence" et "La méthode Gordon").


Les coups qu'est-ce que ça fait?

L'enfant apprend par imitation. Si vous le frappez parce qu'il a fait quelque chose qui ne vous plaisait pas, à votre avis que va-t-il faire lorsqu'il sera contrarié? A votre avis quels sont les risques lorsqu'il sera adulte?


Alice Miller (autrice, entre autres, de « C'est pour ton bien, les racines de la violence dans l'éducation de l'enfant », livre que je vous recommande chaudement) nous explique que:

« Paradoxalement, dans leur effort d'empêcher leurs enfants de devenir délinquants, les parents leur ont enseigné la délinquance en leur livrant des modèles violents ».

Il a été prouvé (vous retrouverez les études sur les sites de l' Observatoire de la Violence Educative Ordinaire et de Ni fessées Ni tapes) que:


Les risques psychologiques et les répercussions éducatives

La punition corporelle envoie à l'enfant le message que la violence est une option valable pour la résolution de conflits.

Les enfants dont les parents utilisent les châtiments corporels ont un comportement plus anti-social, indépendamment du statut socio-économique. En effet plus un enfant est frappé, plus il plus probable qu’à l’âge adulte, il usera de violence (également sur ses propres parents lorsqu'ils vieillissent). Ils sont plus susceptibles de tricher ou de voler, d’être désobéissants à l’école et de devenir délinquants.

La punition corporelle est dégradante et contribue aux sentiments d'abandon et d’humiliation. Elle diminue l’estime de soi et l'amour-propre de l’enfant, et peut mener à la construction de personnalités très effacées ou agressives, ainsi les adultes qui ont été frappés pendant leur enfance, sont plus susceptibles d’être dépressifs ou violents eux-mêmes.

L'enfant fait moins confiance à ses parents, cela augmente le risque d'abus d'enfant.

Les enfants dont les parents ont recours aux châtiments corporels ont un QI moyen inférieur à ceux dont les parents refusent la violence éducative, les enfants fessés réussissent moins bien à l'école.


Les risques physiques

Deux enfants meurent chaque jour en France à la suite des mauvais traitements de leur entourage.

Le parent frappe l'enfant donc la tête va heurter un meuble, la gifle qui arrive sur l'oreille et qui perfore le tympan, la baffe qui glisse et griffe la cornée, des lésions musculaires causées par des fessées répétées, le syndrome du bébé secoué (lésions cérébrales chez le nourrisson qui peut entraîner le décès de l'enfant ou des séquelles à vie), des modifications cérébrales entraînant une tendance accrue à la dépression et aux angoisses. Les séquelles sont nombreuses.

Les enfants frappés plus souvent augmentent les risques d'accidents et de maladies. Les punitions corporelles sont corrélées avec l'obésité, une hypersensibilité au stress, une baisse des défenses immunitaires et des capacités cognitives.

Les violences favorisent les conduites auto-destructrices à l'adolescence: drogues, alcoolisme, conduites sexuelles à risque, entrée dans des gangs, délinquance, tentatives de suicide, dépression.


Comment éduquer sans violence?

De nombreux pays ont interdit toute forme de violence « éducative », il doit donc bien être possible d'éduquer ses enfants sans les frapper.

Suède (1979) Finlande (1983) Norvège (1987) Autriche (1989) Chypre (1994) Italie (1996) Danemark (1997) Lettonie (1998) Croatie (1999) Bulgarie (2000) Allemagne (2000) Israël (2000) Islande (2003) Ukraine (2004) Roumanie (2004) Hongrie (2005) Grèce (2006) Pays-Bas (2007) Nouvelle-Zélande (2007) Portugal (2007) Uruguay (2007) Venezuela (2007) Espagne (2007) Costa Rica (2008).


« Sedan 1979 har barnaga förbjudits i 23 länder. Det finns 171 kvar. Fortsättning följer.» Veut dire: « Depuis 1979, les châtiments corporels ont été interdits dans 23 pays. Il en reste encore 171. A suivre. »


Rendez-vous dans l'article "Éduquer sans violence" ou dans "La méthode Gordon" pour découvrir quelques pistes.


J'ai donné une conférence le 25 novembre 2015, lors du 8ème forum des violences faites aux femmes à Saint Dié des Vosges. Retrouvez le texte de la conférence que vous pouvez le lire, télécharger et partager.

Violences_Educatives_Ordinaires_confére

Édition 2016: Cet été l’amendement ajoutant « et à l’exclusion de tout traitement cruel, dégradant et humiliant, y compris tout recours aux violences corporelles » à été voté. La loi a été changée, il reste à faire évoluer les pratiques.

Édition 2017: Le conseil constitutionnel a censuré l'amendement, il faudra encore continuer la lutte.

Édition 2018: En novembre l'Assemblée nationale a voté l'interdiction des VEO en indiquant que "l'autorité parentale s'exerce sans violences physiques et psychiques".

Édition 2019: En mars, le Sénat a adopté la modification en première lecture, on attend la deuxième lecture pour promulgation de la loi.

Édition 2019: Juillet, la loi a été votée au Sénat, elle est adoptée, les VEO sont bel et bien interdites en France!

© 2020 by PsyNancy - Prudence Nazeyrollas, psychopraticienne - 

25 rue Gustave Simon, 54000 Nancy - Tel: 06 26 08 39 49 - Nazeyrollasp@gmail.com