La dépression saisonnière [Podcast Radio France Bleu]

Vous pouvez retrouver en ligne et en écoute gratuite le podcast de l'émission sur la dépression saisonnière réalisée sur France Bleu Sud Lorraine avec Nathalie Milion et Jérôme Prod'homme.


C'est quoi?

La dépression saisonnière est aussi appelée TAF: Trouble Affectif Saisonnier. (SAD en anglais: Seasonal Affective Disorder).

C'est une dépression associée au manque de lumière naturelle qui survient en automne ou en hiver, dure jusqu'au printemps et sur au moins deux années consécutives, sans autre dépression entre.

Une déprime hivernale est très courante. Les symptômes de la dépression saisonnière sont plus intenses et handicapants. C’est la même différence entre un petit coup de blues, un moment de déprime, très fréquent, qui touche la plupart d’entre nous, est anodin et relativement sans danger et une dépression, qui est une maladie, qu’il faut accompagner. Il ne faut surtout pas ajouter de la violence et du jugement, à une personne déjà en souffrance, au contraire, c’est dans le respect et la bienveillance qu’on pourra l’aider à se soigner et à guérir.



Qui?

Elle touche plus fréquemment les femmes adultes (70 à 80 % des personnes touchées) pour de 1 à 5% de la population générale.

Plus on s'éloigne de l'équateur, plus elle est fréquente : 9% de habitants de l'Alaska seraient touchés.

Il y aurait une composante génétique (elle est plus fréquente dans certaines familles).



Symptômes?

Comme dans la dépression classique on retrouve une baisse des capacités de concentration, de la motivation, ralentissement, fatigue intense, passivité, tristesse, anhédonie (perte du plaisir), troubles du sommeil, perte ou gain de poids, parfois des idées suicidaires. J’en profite pour vous dire que c’est important d’en parler et si vous vous inquiétez pour quelqu’un, vous pouvez lui demander s’il a déjà pensé au suicide, vous ne risquez pas de lui « implanter » des idées selon une peur répandue, au contraire, c’est un premier pas vers la parole, ce qui pourra peut être l’aider à se faire aider et commencer une prise en charge.

Fréquemment associée à la version saisonnière de la dépression on retrouve une hypersomnie (hyper : trop/plus somnie : sommeil) et une hyperphagie (hyper : trop/plus phage : manger) particulièrement orientée vers des mets sucrés.

L’humeur redevient stable et s’améliore au printemps.

Comment?

La lumière joue beaucoup sur notre physiologie, elle va réguler nos rythmes circadiens (notre horloge interne, nos cycles jour/nuit, et veille/sommeil), nos productions de sérotonine, de mélatonine etc. des hormones qui vont modifier notre humeur, notre sommeil etc. qui a son tour vont influencer de nombreuses sphères de notre vie.

Comment se soigner ?

La première étape est d’aller consulter son médecin traitant, il pourra soit vous prendre en charge et vous accompagner, soit vous réorienter une ou plusieurs autres professions d’aide.

La luminothérapie ou photothérapie est généralement le traitement de première intention et de référence, elles sont efficaces dans 50 % des cas. Il faut bien vérifier que l’intensité lumineuse est d’au moins 5 000 lux. L’exposition dure une heure par jour. On a montré un effet positif dès 2 000 lux, mais le standard recommandé est 10 000 lux pendant 30 minutes à 50 cm de distance. L’exposition est à favoriser le matin. On peut lire tranquillement ou travailler pendant l’exposition, ce qui en fait un traitement plutôt agréable, en plus d’avoir peu d’effets secondaires, toutefois, il conviendra, encore une fois, de consulter votre médecin avant tout traitement.

Il existe d’autres aides comme les psychothérapies notamment les TCC (Thérapies Cognitivo-Comportementales), des médicaments comme les antidépresseurs, des compléments alimentaires riches en oméga3 ou une alimentation riche en poisson, toutefois avant de prendre des compléments ou de modifier votre alimentation, il vaut mieux en parler avec votre médecin.

Il y a peu d’informations concernant les simulateurs d’aube sur cette thématique précise, mais il est intéressant d’y penser, car ils sont très intéressants pour améliorer le sommeil et le réveil.

Pour conclure

Si vous souffrez d’un coup de blues saisonnier, pensez à aller marcher dehors, à aller travailler à pied, à vous exposer à la lumière, sortez, bougez, prenez soin de vous.

Si vous pensez que c’est plus qu’une simple déprime ou en cas de doute, consultez votre médecin, des solutions existent pour vous aider.


Quelques repères de luminosité :

On parle en lux (comme sur les ampoules) :

Journée d’été ensoleillée : de 50 000 à 130 000 lux

Journée d’hiver ensoleillée : de 2 000 à 20 000 lux

À l’intérieur d’une maison : de 100 à 500 lux

Dans un bureau bien éclairé : de 400 à 1 000 lux


Bel automne et hiver à vous!

© 2020 by PsyNancy - Prudence Nazeyrollas, psychologue - 

25 rue Gustave Simon, 54000 Nancy - Tel: 06 26 08 39 49 - Nazeyrollasp@gmail.com

SIRET: 79167156300017 - Code APE: 8690F - N° ADELI: 549311744