Qu'est-ce que le stress?

Mis à jour : juil. 5

Chronique ou aigu :

Le stress est souvent confondu avec "la pression du temps" mais qu'est-ce vraiment? Il existe deux sortes de stress: le stress aigu qui va permettre de fuir ou de combattre (ou dans ces temps modernes de rattraper son bus) et le stress chronique qui s’installe lentement et durablement.

En cas d’alerte, de signal de danger, un stress aigu va se créer, il va permettre de sauver rapidement la vie, l’organisme, en utilisant plusieurs mécanismes :

  • Le cerveau va être beaucoup plus alerte et diminuer les sensations de douleur.

  • Le système cardiovasculaire s’emballe : le rythme cardiaque s’accélère, vasoconstriction des veines périphériques afin de ramener le plus de sang et le plus rapidement possible aux muscles.

  • Le pancréas va diminuer la sécrétion d’insuline afin de permettre une augmentation du taux de glucose.

  • Les glandes surrénales sécrètent des hormones de stress permettant les autres opérations.

  • Le système immunitaire se prépare à se protéger contre d’éventuelles infections grâce au thymus.

  • Et bien sûr les organes reproducteurs sont mis au repos.


Mais le stress peut s’installer de manière chronique, et là on ne trouve plus les avantages temporaires, mais une véritable mise à l’épreuve de l’organisme qui souffre. Les glandes surrénales continuent à sécréter les hormones de stress, ce qui provoque des dégâts au niveau de divers organes :

  • Tout d’abord, le cerveau, dont la mémoire va être perturbée et être plus à risque de dépression.

  • Les réponses immunitaires sont diminuées (on retrouve le syndrome du weeek-end, des personnes accro au travail qui ne tombent malade que le week-end et en vacances. Le système immunitaire est épuisé et au moindre relâchement il est débordé).

  • La tension artérielle va augmenter, ainsi que le cholestérol, de même que les risques d’infarctus et d’autres maladies cardiovasculaires.

  • Le pancréas va lui aussi souffrir, les risques de diabète augmentent.

  • Et enfin les organes reproducteurs sont eux aussi affaiblis, le risque de stérilité et de fausse couches est accrus.


Le stress peut être momentanément sain (il peut nous sauver la vie), occasionnel il n'est pas un soucis mais le devient quand il devient chronique.


Le vécu

Le vécu est primordial dans le stress. Face à une même situation certaines personnes vont stresser et d'autres non, ou peu. Même dans le cas où les personnes sont dans la même situation et stressent, il y a encore des différences, certes d'intensité mais également de qualité au niveau du vécu.

Le stress peut être vécu de façon positive ou négative.


Prenons en exemple deux personnes qui vont faire du saut en parachute, une qui est volontaire, qui aime ça, vivra l'expérience de façon positive, et le stress sera vécu agréablement (goût des sports extrêmes), par contre si on faisait subir la même chose à quelqu'un qui n'est pas consentant, qui en a peur, ce serait une torture, un traumatisme, et le stress serait négatif.


Les conséquences négatives arrivent avec des interprétations négatives.

En résumé

Il n'y a pas un mais des stress. Le stress prend de nombreuses formes, positives, négatives, agréables, désagréables, saines, dangereuses et différentes intensité allant de son absence au traumatisme. Il fait partie de nos vie, a permis la sauvegarde de notre espèce.

On ne peut pas le supprimer, l'éradiquer, par contre on peut apprendre à vivre avec le stress. On peut apprendre à respirer, se relaxer et se détendre au quotidien. Vous pouvez retrouver de nombreux outils dans mon livre Gestion du Stress au Quotidien en vente sur Amazon.


© 2020 by PsyNancy - Prudence Nazeyrollas, psychologue - 

25 rue Gustave Simon, 54000 Nancy - Tel: 06 26 08 39 49 - Nazeyrollasp@gmail.com

SIRET: 79167156300017 - Code APE: 8690F - N° ADELI: 549311744