top of page
  • Photo du rédacteurPrudence Nazeyrollas

Ma thérapie est-elle complète?

Beaucoup de femmes ont la sensation qu'il manque quelque chose, qu'il reste une zone d'ombre inexplorée en psychothérapie individuelle, ou que leur psy (surtout quand c'est un homme) ne comprend pas certaines parties de leurs vies. Il reste une zone aveugle floue, quelque part... Si ça vous parle, lisez-la suite.


Mon coaching, mon accompagnement, mon développement personnel est-il suffisant?


Vous vous sentez parfois coupable de ne pas être heureuse malgré tout ce que vous avez? Ou qu'il reste une peur, une tristesse, une angoisse, comme chevillée à votre corps malgré toutes ces heures de thérapie?

Il y a peut-être une raison à ça et qui n'est pas liée à vous, en tout cas, qui n'est pas de votre faute.


La dépolitisation systématique des groupes de soutien et d'empouvoirement


On pense souvent que les connaissances viennent des universités, des pontes, des monsieurs qui travaillent dans des laboratoires en blouse ou en costume. Et si je vous disais que derrière les photo des monsieurs en couverture de livre, il y avait souvent des groupes de femmes qui ont travaillé main dans la main avec sororité pour se sortir elles-mêmes, ensemble de leurs problèmes? Que certaines d'entre elles ont ensuite écrit des livres pour témoigner de leur travail commun de dizaines d'années?

Et qu'ensuite un processus a été opéré pour que 40 ans plus tard, un monsieur vous vende son livre, qui repose sur l'approche collective de ces femmes mais en ayant ôté tout ce qui fait référence à leurs prises de consciences de leurs points communs, de leur vécu de femmes, de leurs blessures partagées.


Aseptisation au lance-flamme - Le bûcher des sorcières


Mon parcours en psychologie sociale m'a fait remettre en question les approches des psychothérapies individuelles. Qu'elles qu'elles soient, elles se basent sur les individus et leurs responsabilités individuelles. Même les approches systémiques font reposer la responsabilité sur chacun·e. Bien sûr, qu'on a un pouvoir personnel, heureusement! Mais c'est pas une raison pour oublier l'influence et l'importance du collectif.


Ce n'est pas un oubli.


Je suis une très grande lectrice et passionnée d'apprentissages, donc, je continue à lire et me documenter. Aujourd'hui, je remarque que de nombreux livres de psychologie, de développement personnel, de thérapie, d'autocoaching, etc. écrits dans les années 60 à 80 (aux USA) parlaient souvent de politique, de groupes, de populations.


Toute la partie politique et sociale a été systématiquement gommée dès que les concepts sont passés dans les prises en charges admises, classiques, médicales, etc.


C'est très impressionnant de faire ce travail de documentation, de recherche et de constater l'évolution des conceptions de l'aide... Je suis assez choquée de ce que je découvre: une dépolitisation systématique avec déplacement de toutes les responsabilités sur les individus...


Comme je vous le disais beaucoup de ces connaissances sont issues de groupes de femmes, ce pillage de leur travail a été accompagné de la destruction d'une grande partie des richesses d'expériences qu'elles avaient collectées. Ce n'est pas sans rappeler des sorcières au bûcher, dont on brûlait jusqu'au traces du procès pour effacer leurs traces autant que possible.


Se lever, se dresser et répondre


Avec PEP'S, j'essaie de conserver ce qui fonctionne des TCC/TCCE et de rajouter ce qui a été ôté: le Social!

  • Dans un premier temps avec mon premier programme, cette composante sociale est ajoutée avec légèreté, en notion de reliance, de contact, de bienveillance.

  • Dans un second temps je voudrai ajouter une composante plus politique (pour rappel la politique ce n'est pas les partis politiques, c'est "la vie dans la cité"), des analyses sociologiques et l'affirmation forte du droit de revendiquer ses droits! 💪


Préparant ces programmes surtout pour les femmes, j'insisterai sur des notions féministes, m'appuyant sur des études de psychologie sociale qui montrent l'impact des stéréotypes sur nos vies, les outils d'empowerment expérimentés, la sororité, etc.

J'ai déjà entamé ce travail depuis plusieurs années (si vous saviez... j'ai mis 5 ans à me procurer un livre sur les Psychothérapies Féministes qui n'était plus édité), mais il me faudra encore du temps pour trouver la structure la plus adéquate pour vous, la plus simple, et vous présenter un contenu accessible. Pensant toujours aux personnes atypiques, je fournirai aussi du contenu concernant la normalisation, le masking, etc.

Ces deux notions se recoupent d'ailleurs, mais ce n'est pas le moment de vous faire un cours de psychologie sociale! 😂


Nous sommes femmes, nous sommes fortes, nous sommes puissantes!


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page